Ohbot est un robot utilisé en tant que support pédagogique pour les jeunes enfants. Sympathique, il apporte une approche nouvelle tant par sa forme que par son utilisation. 

La robotique dans l’enseignement

De nombreux robots ont été conçus afin de servir en tant que ressource pédagogique. Dès les années 70, l’enseignement a eu recours aux robots avec notamment la mise en place du langage Logo. Vous retrouverez ce dernier dans la rubrique ‘Langages’ de mon cv à côté du Cobol et du LSE ;).

Ce langage a été en particulier popularisé avec la notion de tortue. Que ce soit sur un écran d’ordinateur ou sur une feuille de papier, cette tortue était capable d’avancer ou de tourner selon les instructions qui lui étaient dictées. Sur cette base, des réalisations graphiques étaient dès lors possibles et prenaient forme que ce soit virtuellement ou plus concrètement avec un robot.

Tasman
Le robot Tasman piloté en logo

 

Aujourd’hui, les projets éducatifs autour des robots sont nombreux. En effet, la réceptivité et la concentration qu’ont les enfants face à des projets robotiques sont un moteur dans cette recherche. Il est indéniable que découvrir l’informatique, les algorithmes et la logique grâce à un robot est bien plus sympathique et porteur que le fameux Hello World sur un écran :).

Le robot Ohbot

Pour apprendre aux plus jeunes, des outils graphiques drap and drop permettent de s’initier facilement à la programmation. L’un des exemples forts est Scratch, une implémentation de Smalltalk, basée sur Squeak.  Aujourd’hui, plus de 10,5 millions de projets partagés autour de Scratch existent. Parmi ces projets, j’ai adoré le robot Ohbot.

Ohbot est né de la collaboration entre Dan Warner, un enseignant, et Mat Wakler, un roboticien avec un expérience dans la robotique humanoïde.

Ce robot est livré en kit et les enfant le construisent en une heure. La particularité de ce robot est d’être constitué d’un buste avec une tête. Les enfants peuvent le personnaliser et lui ajouter, par exemple, des décorations symbolisant les cheveux ou modifiant les sourcils.

Le robot Ohbot
2 versions du robot Ohbot, une en bois, une en plastique

 

La version 2 du robot Ohbot est disponible depuis fin 2015 et est équipée de 7 moteurs (contre 6 sur la version précédente) :

  • Tourner le cou
  • Baisser/lever la tête
  • Bouger les yeux sur les côtés
  • Baisser/lever les yeux
  • Baisser/lever les sourcils
  • Lever la bouche
  • Baisser la bouche

Afin de permettre une réduction des coûts, les capteurs du robot sont ceux du PC. La caméra permet la reconnaissance de forme ou le tracking du visage. Le micro permet également la reconnaissance de la parole. Les entrées clavier et  souris de l’ordinateur peuvent être utilisées.

Piloter ce robot est un jeu d’enfant…  au propre comme au figuré.

En Scratch, il suffit de faire des drag and drop pour déposer un bloc d’instructions, réparties par couleur selon leur type (mouvement, parole, son, données, opérateurs -logiques et mathématiques-, capteurs, événements, et contrôle). Au total, plus de 80 instructions seront ainsi à disposition. Le logiciel inclut un synthétiseur vocale qui permet aux enfants de faire parler leur robot. Il est aussi capable de reconnaître un visage ou de suivre le mouvement du regard une personne. Il est aussi possible de lui ajouter des capteurs.

liste des commandes pour Ohbot
Liste des instructions pour programmer Ohbot

 

Dans le cadre d’un outil pédagogique, des challenges pourront être donnés aux élèves tels que ‘raconter une histoire’, ‘être poète de rue’, ‘enseigner’ ou ‘être acteur’. De cette manière, ces enfants pourront découvrir tout en s’amusant les concepts clés de la programmation comme l’aspect séquentiel, les répétitions, les événements, les variables, les tests, etc.

 

 

 

En ce qui concerne l’initiation à la robotique, les applications disponibles via Ohbot sont en général liées au déplacement d’un robot. Nous y retrouverons dès lors le suivi de lignes, les évitements d’obstacles ou les manipulations de bras.

En optant pour une représentation d’une tête humanoïde, Dan Warner et Mat Wakler ont offert l’occasion aux enfants de réaliser des programmes d’une grande variété permettant, notamment, la transmission des émotions, du rire ou autre.

Prospective

 

Le robot Kismet
Le robot Kismet exprimant la surprise

Même si nous sommes encore loin des émotions dégagées par le robot émotionnel de Cynthia Breazeal, Kismet, Ohbot 2 a gagné un degré de liberté par rapport à la version précédente.

Un voyage dans le futur nous menant à une version Ohbot 2 + x nous permet de l’imaginer muni de capacités développées telles que : « bouger les sourcils ou les oreilles ». Ce n’est pas tant la capacité de mouvement qui importe que l’expression de l’émotion inhérente à ce mouvement. La peur ou la joie s’exprime de fait par une myriade de micro mouvements de notre visage, de nos sourcils, de nos oreilles. Ohbot2 +x sera capable de répercuter ces expressions sur sa tête humanoïde. Je vous rappelle que Kismet est, quant à lui, capable de développer 15 degrés de liberté en la matière.

Ohbot2 +x permettra aux enfants d’apprendre à reconnaître et à exprimer la peur ou la joie. Chaque essai ou erreur se fera sans effet négatif sur une autre personne. Le non-dit de l’Autre pourra être appréhendé. Cet enfant apprendra à comprendre,  à interpréter. Il sera simplement meilleur citoyen, meilleur humain parce qu’il aura appris à reconnaître et à interpréter les expressions de peur et de joie, les siennes et celles des autres.

Curieuse contradiction que de se dire que cette compréhension tellement humaine pourra être transmise grâce à un humanoïde qui, pourtant, n’est ni de chair ni de sang.

Le site officiel.

 

Fondateur de VieArtificielle.com et Robopolis.com, ingénieur UTC : Je m’intéresse aux robots autonomes par le prisme des sciences cognitives (les différentes « intelligences » présentes dans le robot), l’apprentissage, les comportements émergents) .