C’est l’un des premiers articles que j’ai écrit pour humanoides.fr. Je tenais à présenter Mark Tilden qui est vraiment selon moi (et sa biographie) un acteur majeur de la robotique, l’un des plus grands innovateurs. Des beams, jusqu’au robot militaire en passant par le robosapien, Mark Tilden va vous surprendre. Comme Rodney Brooks, il est dans une tendance à chercher le plus simple. Lorsque je dis chercher le plus simple, c est une courant de pensée, c’est une véritable façon de travailler. C’est vraiment un minimaliste du robot.

Voici le début de l’article suivi du lien.

Le roboticien minimaliste Mark Tilden
Le roboticien minimaliste Mark Tilden

Mark Tilden est le roboticien au chapeau, l’homme aux 20 millions de robots qui a écrit ses 3 lois de la robotique, l’initiateur d’un courant de pensée avec ses BEAMS. Un homme dont la pensée et l’œuvre foisonnent d’idées nouvelles.

J’ai commencé à entendre parler de Mark Tilden lorsque je me suis intéressé à la vie artificielle. Né en 1961, physicien et roboticien, Mark Tilden commence sa carrière à l’université de Waterloo avant de poursuivre au Los Alamos National Laboratory où il développera un robot “instinctif” qui s’aligne sur le champ magnétique terrestre.

Le BEAM qui fait boum dans sa tête

Sa rencontre, en 1989, avec Rodney Brooks (le Papa du Roomba) va changer radicalement sa façon même d’envisager la robotique. Brooks lui dit “Oublie la notion de ‘cerveau’ et crée des robots sur les notions d’actions-réactions”. Mark Tilden adopte l’idée et se focalise dès lors sur des robots minimalistes et analogiques.

Il développe ainsi le concept ‘B.E.A.M’. C’est un véritable courant de pensée que Mark Tilden initie. Ce courant trouvera une résonance forte chez les roboticiens en herbe. De nombreuses réalisations mises en ligne sur les premiers sites Internet dédiés à la robotique reposent sur ce concept B.E.A.M.

L’article complet sur humanoides.fr.

Fondateur de VieArtificielle.com et Robopolis.com, ingénieur UTC : Je m’intéresse aux robots autonomes par le prisme des sciences cognitives (les différentes « intelligences » présentes dans le robot), l’apprentissage, les comportements émergents) .