Le robot HEASY vient de voir le jour. Conçu pour l’accueil, il devrait inonder les magasins à partir du second trimestre 2017. En attendant, je vous propose de le découvrir. 

En constatant que Jade Le Maître était co-fondatrice et CTO de ce robot, j ai tout de suite voulu en savoir plus :). L’autre fondateur étant Max Vallet, créateur d’Evotion, une société spécialisée dans la location de robots pour événements. Je me suis dit « ça sent le joli projet » ! Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos robots ! Heasy est donc un robot d’accueil.  

robot HEASE
Le robot HEASY

Les créateurs sont partis du constat qu’aujourd’hui les robots d’accueil comme Pepper sont complexes et coûteux à mettre en place. En outre, sur ce marché, il existe des tâches que Pepper n’est pas capable de résoudre, faute par exemple de possibilité de télé-présence. 

Le robot HEASY peut apporter une solution

  • pour apporter le premier niveau de service dans un magasin, ou un centre commercial. Ainsi, il peut aider les personnes à trouver les toilettes, un magasin ou l’allée des chaussures. Le personnel peut ainsi se focaliser plus spécifiquement sur la vente ou le conseil produits.
  •  pour accueillir  sur des zones ou moments où ce service n’existe pas : aéroports, zones isolées de centre commerciaux, gares de nuit… 

Heasy, la bête

Heasy mesure donc 1m55. Il est plus grand que Pepper (1m21) pour créer une meilleur proximité avec l’humain. Par contre, il n’a pas de bras pour ne pas être perçu agressivement. Son petit look fait penser à Wall-e, avec une tête se résumant au regard. Il possède au niveau du torse un écran tactile de 19 » pour interagir avec le public. Le tout lui donne un air rassurant et l’écran à hauteur des doigts incite à l échange. 

Pour compléter sa sympathie, il est capable d’exprimer des émotions (l’ennui s’il voit personne, de la joie … ) ou des expressions comme le clin d’œil. Pour éviter des incompréhensions entre le robot et l’humain dans ces lieux particulièrement bruyants, l’interaction avec le robot se fait par l’intermédiaire de l’écran. Il émet néanmoins des sons très « robotiques » pour rendre l’échange attrayant et rassurant. 

hease-robot-final-rendering-heart2
Que d’émotions !

Heasy, pas bête ! 

Evidemment, ce qui est important (et beaucoup l’oublient) pour un robot, c’est les fonctionnalités et la capacité à remplir les tâches : en l’occurrence, conseiller, guider, renseigner.

L’interaction par l’écran permet d’avoir une grande variété de conseils et peut facilement évoluer (en fonction des promotions, des nouveautés par exemple). L utilisateur communique avec le robot à l’aide de l’écran tactile,  en lançant une application pour trouver son chemin ou une autre pour connaître les promos du moment. Pour des conseils plus précis, le robot peux appeler un conseiller en télé-présence. 

Le robot HEASE
HEASy, prêt à vous renseigner !

 

 

Heasy va être capable d’aller se positionner dans les endroits les plus pertinents pour le client. En effet, en fonction de l’heure il se positionnera à tel ou tel endroit. Il aura appris par l’expérience (deep-learning) où se situe le flux des personnes et donc les besoins. 

Heasy ne regorge pas d’intelligence artificielle et c est cela justement qui me plait. Depuis l’apparition de la cybernétique, puis de l’intelligence artificielle, l’homme veut absolument que la machine soit capable de faire des raisonnements compliqués pour lui permettre de résoudre une tâche. Personnellement je préfère les approches de Rodney Brooks ou de Mark Tilden qui militent sur la simplicité de la machine. Leurs réalisations  (respectivement le roomba et le robosapien) montrent bien que cette voie doit être développée.

HEASy est capable de résoudre les tâches qui lui sont attribuées et ce robot a été développé en seulement 3 mois ! Son prix devrait être donc sans appel face à Pepper ou autres ! En outre, je suis sûr que chaque mois, ces compétences vont augmenter :), ainsi que la variété de ces comportements; 

Je crois que je vais attendre le troisième trimestre 2017 pour aller faire mes courses ! 

 

 

 

 

Fondateur de VieArtificielle.com et Robopolis.com, ingénieur UTC : Je m’intéresse aux robots autonomes par le prisme des sciences cognitives (les différentes « intelligences » présentes dans le robot), l’apprentissage, les comportements émergents) .