L’intelligence artificielle Alexa d’Amazon a connu le succès avec Echo. Au CES 2017, nous la retrouvons connecté à de nombreux appareils de la machine à laver à la voiture en passant par les robots. Alexa va t-il devenir un standard ?

L’intelligence artificielle Alexa

A l’origine, Alexa, l’intelligence artificielle d’Amazon est implantée dans Echo, un assistant intelligent de la même société. Cet appareil est aujourd’hui uniquement commercialisé aux Etats-Unis et depuis peu au Royaume-Uni et Allemagne. La communication avec Alexa se fait en langage naturelle, c’est à dire en anglais ou allemand (pour le moment). 

Alexa est composé de plusieurs intelligences artificielles comme Lex, un outil qui permet aux applications d’interagir vocalement ou avec les utilisateurs ou encore Polly qui convertit un texte en enregistrement audio . Plus de 3000 applications sont connectées derrière (une centaine, en janvier 2016). La connexion Alexa-applications donne des « skills » (compétences).

 

echo d'Amazon
l’assistant intelligent Echo

Vous trouverez un test et une description d’Echo ici.

Les skills 

Voici quelques-uns des principaux « skills » d’Alexa : 

  • écouter de la musique par l’intermédiaire de Spotify ou Pandora
  • Commander une pizza
  • demander un renseignement par l’intermédiaire de Wikipédia
  • consulter ses comptes bancaires
  • Commander un véhicule Uber
  • Noter des rdv sur son agenda
  • Noter la liste de courses
  • gérer les appareils de la maison : gérer les lumières, déclencher un ventilateur, monter le chauffage, etc..
  • demander à sa Tesla de sortir du garage et d’attendre

 

Alexa ordonne à la Tesla de sortir du garage
 
Alexa est aussi intégré dans d’autres supports qu’Echo comme l’adorable robot Omate Yumi intégre.

 

L’intelligence artificielle personnel, un enjeu énorme

Prendre le leadership sur « l’intelligence artificielle personnel« , c’est s’assurer une place de choix dans les foyers et devenir d’une part l’intermédiaire entre le client et la société (voir les exemples ci-dessus), à l’instar de google sur le web et d’autre part, de devenir le Hub de référence qui permettra de piloter l’ensemble des objets connectés de la maison. Leur nombre en 2020 devrait atteindre 50 milliards ! 

Dans sa stratégie, Amazon a permis l’accès gratuitement à Alexa Voice Service, la technologie intégrée qui peut être utilisé dans des objets avec quelques lignes de code. La société a aussi mis à disposition les Alexa Skill kit pour le développement des skills. 

En outre, Amazon a créé un fond d’investissements de 100 millions de dollars pour soutenir des start-up désirant développer des applications autour d’Alexa.

Le succès est là, avec plus de 3000 applications, et 5 Millions d’Echo vendus. Et aujourd’hui, le CES 2017 montre une omniprésence des Iot utilisant Alexa, ainsi : 

  • Mattel lance une Aristote, tour interactive dédiée aux parents et aux bébés utilisant Alexa. 
  • Whirlpool l’intègre dans sa gamme générale
  • LG l’insère dans un réfrigérateur. Il est ainsi possible de commander ses courses en regardant l’intérieur de son frigo ou encore de lui demander des recettes. 
L'intelligence artificielle dans le réfrigérateur
Le réfrigérateur LG intégrant Alexa

 

  • Samsung l’utilise sur son dernier modèle d’aspirateur
  • Lenovo propose un assistant intelligent directement concurrent de L’Echo.
le haut-parleur de Lenovo
L’assistant intelligent de Lenovo

A noter que le produit Lenovo est nettement moins cher qu’Echo. 

  • General Electrics lance une lampe intelligente 

 

 

  • Le robot Hub robot de LG jouera aussi le rôle d’assistant intelligent comme Echo. Son petit côté mignon, et ses expressions lumineuses en plus.
lg-hub-robot
Le Hub-robot de LG

De grandes marques suivent donc Amazon sur ce marché. L’assistant intelligent est un facteur de différentiation important, il permet de piloter oralement et simplement ces appareils. Vous pouvez ainsi démarrer votre machine à laver ou enregistrer un film sans passer par une notice d’utilisation. Plus besoin de compétences  : « Lave moi ce linge plein de boues » ou « Enregistre moi Games of Thrones » sans avoir à se préoccuper de l’heure, de la chaîne… Vous pourrez aussi avoir des informations comme « Combien de temps de lavage reste-il ? ». 

Pour les robots, c’est aussi augmenter le champs des possibles. Le robot de compagnie doit avoir une fonction d’assistant naturel. Il rend ainsi le robot utile. 

A part Google qui a lancé son assistant « Home », il y a quelques mois, les autres géants de l’informatique travaillant sur une intelligence artificielle Facebook (Jarvis), Apple (Siri), Microsoft (Cortona), IBM (Watson) sont nettement en retard sur les développements commerciaux et les partenariats. 

L’arrivée massive de l’intelligence artificielle dans les foyers va démarrer en 2017. Arriveront-ils à rattraper leurs retards ? 

 

.

 

Fondateur de VieArtificielle.com et Robopolis.com, ingénieur UTC : Je m’intéresse aux robots autonomes par le prisme des sciences cognitives (les différentes « intelligences » présentes dans le robot), l’apprentissage, les comportements émergents) .